Os-Racines-Latence

 

Avril fut très agité et très rempli. Mai s'annonce sous le signe des profondeurs et du calme possible… en créant… Pas sûre que ça marche ;)

Avec Octavie Piéron et Catherine Pierloz, nous plongeons dans le coeur, de nos profondeurs, guettant nos germinations tant espérées, ces débuts et ces fins, et ce.s chemin.s, qu'il y a entre.

A ce stade, la carte blanche que nous offrent les Dimanches du Conte de Bruxelles - chers à mon coeur – le 27 mai pour clôturer la saison, permet tous les espoirs !

Créer en trio, de filles, d'écrivain.e.s (je ne sais pas si j'aime ce mot féminisé), spéléologues des désirs les plus noirs, allant du passé blanc au fil des Parques, de la pierre jetée dans l'étang au foisonnement de végétation autour d'une demeure abandonnée, et de tant de chemins de vie singuliers, si obscurs à première vue.

Ce sera donc le mois de l'éclosion, donc de grandes espérances, car il faut bien à un moment, sortir – ou s'extirper - de la latence… Ah le ''joli'' mois de mai !

 

Agenda

  • 07/07/2018

    Récital Monstres et Merveilles au Festival La Semo à Enghien (Be)
  • 22/06/2018

    Soirée poésie sur le thème Villes et Forêts, avec les Crépusculaires à L'Harmonium (Be)
  • 27/05/2018

    Sortie de "Latence" avec Catherine Pierloz et Octavie Piéron lors de notre carte blanche aux Dimanches du Conte de Bruxelles (Be).

Mon "poème" du mois de mai...

Vous retrouverez tous mes poèmes dans l'onglet "Ecrits"

22# Séparé.e 

De toi-même,

personne ne peut te sauver.

De ta mélancolie profonde,

Personne ne peut te guérir.

Aaaaaah ce vide.

Ce vertige.  

Cette séparation d'avec les autres.

Cette incompréhension fondamentale. 

 

Immense, distance, que personne ne peut combler.

Personne d'humain - même en cas de génie. 

 

Tu es séparé.e.

Accepte l'idée.

Tu es seul.e.

Au monde.

Et face à toi-même dès que le tourbillon des choses - sans importance les choses - s'arrête. 

 

Regarde-toi. 

Regarde-toi en face :  Qui es-tu ? Que veux-tu ? Tu pleures parce que tu es vide ? 

Ah mais cesse de te plaindre à la fin cesse de gémir.

Car le vide est un état de grâce.

Il n'y a que grâce au vide

que - la Magie - peut

advenir.

 

Julie Boitte | 04.2018